BORIS IS KING

Boris - One of the first consumer chess computer

La Force brute comme méthode de sélection des coups (english below)

 

La méthode de la Force brute est basée sur l'objectif de calculer le maximum de coups possibles. La machine calcule des suites de coups envisageables à partir de la position courante, et ensuite, en se basant sur certains critères d'évaluation, elle choisit le meilleur coup. Tout cela, à l'intérieur du nombre de minutes que vous lui avez imposé.

 

Toutefois, avec cette méthode, la machine investie l’ensemble de ses ressources dans le calcule de TOUS les coups, même ceux qui sont évidemment mauvais et sans perspective d’amélioration de la position.

Ainsi, recourir à cette seule méthode pour choisir un coup comporte d'importantes limites. En effet, compte tenu du nombre extraordinaire de coups possibles dans une seule partie d'échecs, cela s'avère très ardu (surtout lorsque l’on est doté d’un processeur qui est lent).

Et pour ceux qui envisageraient l'idée de faire calculer, par de Supers-Ordinateurs, l'ensemble des parties possibles pour ensuite les mettre en mémoire et appliquer simplement les schémas en cours de partie, je vous invite à prendre connaissance du nombre inimaginable de parties d'échecs possibles.

Aujourd'hui les machines peuvent compter sur la méthode de la recherche sélective pour identifier les meilleures suites de coups.

______________________________________________________________________

The brute force calculation method

 

The «brute force» method is based on the objective to calculate the maximum of possible moves. The machine calculates possible continuations of moves starting from the current position, and then, while being based on certain evaluation criteria, it chooses the best move. And it do that all, inside the number of minutes that you imposed to him.

 

However, with this method, the machine invested the whole of its resources to calculate ALL the moves, even those which are obviously bad and without any possible improvement of the position.

 

Thus, take this only method to choose a move implicate important limits. Indeed, taking into account the extraordinary number of possible moves in only one chess game, that is very difficult (especially when the machine is equipped with a processor which is slow).

 

And for those which would plan the idea to make calculate, by Supers-Computers, the whole of the possible games for then putting them in memory and applying simply the schemas, I invite you to take note of the unimaginable number of possible chess games.

 

Today the machines can utilise the selective search method to identify the best continuations of moves.